Ma petite enreprise ne connait pas la crise.

Avec la crise, le chiffre d' affaires de mon établissement a baissé, la direction en a conclu que nous étions, maintenant, en sureffectif.

Les chiffres parlent peut-être mais l' affluence des clients est toujours là. Nous essayons de répondre aux mieux et rapidement à tous. Le panier de chaque client a tendance à augmenter. Par contre, les chiffres disent que l' établissement perd du chiffre par rapport à l' année dernière.

Alors, ma grande chef est venue, a voulu me voir ... aïe, aïe ... la conclusion est sans appel, les deux derniers arrivés doivent partir. Mince, je suis dans le lot. Je n'en sais pas plus, pas de date, pas de lieu de reclassement.

Mon travail et mes chiffres d' affaires perso n' y change rien.  Mon organisation mise en place pour septembre pour un rentrée scolaire sereine est de nouveau bousculée.

Je dois bientôt rencontrer une conseillère en mobilité. Moi, je n' ai pas envie de la voir, je suis très bien où je suis, et le travail ne manque pas ...